La rupture de la lignée maternelle… une nécessité?

​Si on se fie aux croyances patriarcales, un noeud inconscient est établi entre mères et filles, qui tissent une relation où seule l’une d’entre elles peut avoir le pouvoir. Cette dynamique se base sur un manque qui laisse la mère comme la fille dénuées de tout pouvoir. Les mères qui ont été particulièrement privées de pouvoir peuvent faire de leurs filles « l’aliment » de leur identité atrophiée ainsi que la décharge de leurs problèmes. Il en va de notre devoir de laisser nos mères parcourir leur propre chemin et d’arrêter de nous sacrifier pour elles.

Bethany Webster

Et vous, qu’en pensez-vous, mes chers lecteurs et amis? J’ai vraiment hate de découvrir vos avis sur le sujet…

Bises à tous

Prenez soin de vous

Clémentine

Publicités

19 réflexions sur “La rupture de la lignée maternelle… une nécessité?

  1. C’est pareil pour les garçons figure-toi. A l’adolescence , on se construit par opposition. Il est nécessaire de tuer le père pour grandir, se révolter, trouver sa place. Il faut préndre son indépendance et le pouvoir. C’est un processus aussi naturel que pour les lions dans la savane. C’est le rapport dominant/dominé qui importe

    Aimé par 3 people

  2. Je te cite :  » Si on se fie aux croyances patriarcales, un nœud inconscient est établi entre mères et filles… « ,

    …Est-ce seulement une croyance patriarcale ?

    Tout étant relatif (lol)… Cela dépend des cultures, des époques, des cultes, etc…

    Voilà pour le moment, mais je reviendrai sur ton article une fois mes idées un peu plus claires.

    Aimé par 2 people

  3. Intéressant. C’est vrai qu’il est triste de voir que certains parents vivent leurs rêves par projection à travers leurs enfants. Ça peut être dévastateur quand ces enfants grandissent et doivent faire leurs propres choix. Mais aussi pour les parents, qui ne vivent pas leur propre vie. Je vois ça autour de moi. Il y a un passage très beau dans le Prophète de Gibran sur les enfants. De mémoire, il dit que nos enfants ne nous appartiennent pas. Ils viennent par nous mais pas de nous. Ils sont les enfants de la vie et de son cycle immuable. Nous sommes l’arc qui donne l’envol mais ne controle pas la trajectoire, et ils sont les flèches.

    Aimé par 3 people

    • Je rejoins tes propos à 100%
      J’aime beaucoup ce passage de Gibran et c’est le travail que je m’efforce de faire pour mes propres enfants. Mais tout comme toi, je vois tellement de personnes se vivre par procuration, je trouve ça bien triste pour eux ainsi que pour leurs enfants :-/
      Merci pour ton magnifique commentaire
      Passe une belle journée
      A tout bientot
      Bises
      Clémentine

      Aimé par 2 people

  4. Hello Clem,

    Ton questionnement est très intéressant… Et pas si simple de répondre.
    Même si on essaie de faire au mieux il y a une partie inconsciente, des habitudes, ce que nous avons vécu ou subi que nous transmettons.
    L’essentiel étant, je pense, de garder ces éléments en tête … et de recadrer quand cela est nécessaire.
    Pour ma part, j’ai une fille de 13 ans, et j’essaie de lui transmettre des valeurs tels que le respect de soi et des autres, la « vraie » liberté et l’amour.
    Nous partageons de vrais bons moments où chacune trouve se place, des bonnes tranches de rigolade mais également des moments plus difficiles qu’il faut savoir « calmer »… Je ne suis pas à sa place, elle grandit et tout doucement devra faire des choix… et maman sera toujours là pour l’écouter et si besoin donner un conseil 😉
    Quel bonheur de la voir épanouie et devenir une femme ❤ ❤
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton temoignage, tu fais, j’en suis sûre un beau travail avec ta grande 👍
      C’est important d’avoir conscience de ce que nous faisons pour nos enfants (tout comme pour nous) ca n’empêche de reprpduire certains schémas mais lorsqu’on le fait consciemment, ils prennent une autre dimension, je pense.
      Gros bisous à toi et à ta petite famille
      Passez un bon dimanche 😊
      Clémentine

      Aimé par 1 personne

  5. « Dans la recommandation qu’une mère fait à sa fille de ne point se décolleter pour aller au bal, il y a peut-être moins de respect pour les convenances que de jalousie secrète : Les femmes ne consentent jamais de bon coeur à voir chez d’autres les attraits qu’elles ne possèdent plus. »
    Adolphe RICARD

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s