Derniers fragments d’un long voyage…

Qui est Mme Singer?

Christiane Singer, née à Marseille en 1943 et décédée le 4 avril 2007 à Vienne en Autriche, à 64 ans, est une écrivain, essayiste et romancière française.

Résumé

Du 1er septembre 2006 au 1er mars 2007, durant son combat contre le cancer, Christiane Singer a tenu le journal de l’épreuve qu’elle traverse et dont, lui avait dit un jeune médecin, elle ne survivrait pas plus de six mois. « J’ai toujours partagé tout ce que je vivais ; toute mon oeuvre, toute mon écriture, était un partage de mon expérience de vie ».
Aujoud’hui, elle raconte son quotidien, les affres et le désarroi, comme la joie et le bonheur d’être qu’elle n’a jamais autant connu.
Au fil des jours, du corps qui souffre puis s’apaise, de l’amour des siens, des visites, des prières (qu’elles relèvent du christianisme, du judaïsme, du bouddhisme, de l’hindouisme, du soufisme), des descentes dans l’abîme et des montées de lumière, elle exprime cette force de disponibilité qui l’habite, cette allégresse profonde à magnifier la vie, à en recueillir la sève dans l’instant le plus infime.
Un texte transparent, ardent, essentiel, l’aboutissement de toute une oeuvre. On y retrouve la même composition mêlant pensées, rencontres, anecdotes pour exprimer cette intensité d’être, la perception que tout en nous est coulée unique, joie et tristesse, souffrance et sérénité, une vibration d’énergie et d’amour qui transcende toutes les oppositions et toutes les représentations erronées de la vie et de la mort.

derniers-fragments-d-un-long-voyage-282501-264-432.jpg

Extraits

  • « Toute existence est singulière; celle que je vis – et qui peut-être se prolongera – est une vraie vie pleine à ras bord d’amour et d’amitié, de rencontres et de ferveur, d’engagements pour le vivant et de folie. Les épreuves y ont leur place comme tout le reste et je reçois sans marchander celle qui maintenant vient à ma rencontre. »

  • « Comment aurais-je pu soupçonner que je puisse encore être si heureuse ? D’un bonheur sans fin, illimité qui ne veut rien, qui n’attend rien, sinon l’émerveillement de chaque rencontre, de chaque seconde ! Je dis bonheur par pudeur mais ce qui m’habite en vérité est plus fort encore. »

  • « En prenant dans notre responsabilité ce que nous vivons, ce que nous faisons, ce que nous disons, nous avançons sur un chemin de paix. »

  • « Il n’y a qu’un crime, c’est de désespérer du monde. Nous sommes appelés à pleins poumons à faire neuf ce qui était vieux, à croire à la montée de la sève dans le vieux tronc de l’arbre de vie. Nous sommes appelés à renaître, à congédier en nous le vieillard amer !!! Bien des jeunes sont dans ce sens de cruels vieillards envers eux-mêmes. […] La plus cruelle vieillesse n’est pas organique : elle est celle des cœurs. Nous sommes devenus de vieux morts-vivants, amers. L’éclat est perdu ; nos espérances sont écornées ; nous nous sommes accommodés de désespérer du monde. Trahison des trahisons. »

  • « Oser aimer du seul amour qui mérite ce nom et du seul amour dont la mesure soit acceptable : l’amour exagéré. L’amour démesuré. L’amour immodéré. Alors, amis, entendez ces mots que je vous dis là comme un grand appel à être vivants, à être dans la joie et à aimer immodérément. »

  • « Ne nous laissons pas emprisonner dans cette part de nous qui est vouée à la mort. »

  • « Une maladie est en moi. C’est un fait. Mon travail va être de ne pas être, moi, dans la maladie. »

  • « Sachez que la manière dont je vis cette aventure est difficile à faire percevoir. Je suis habitée d’une liberté infinie.
    Quelle joie j’aurais de vivre et de continuer à bercer le monde avec vous !
    Mais je ne vois pas l’ombre d’un échec si une autre issue s’ouvre à moi.
    Tout est vie que je vive ou que je meure.
    Tout est Vie…
    Je vous demande avec une tendresse immense d’ôter de mon coeur toute pression par un souhait trop fort de me voir parmi vous.
    Dans l’espace où j’évolue, les catégories n’existent plus.
    Que cette paix et cette grâce qui m’entourent vous parviennent.
    De là où je suis où je serai, je suis et je serai avec vous. »

 

 

Publicités

22 réflexions sur “Derniers fragments d’un long voyage…

  1. j’ai de suite reconnu le visage en titre de ce billet et je suis contente de voir qu’une jeune femme connaisse et s’intéresse aux écrits de christiane…..pour moi, « ça veut dire beaucoup » 🙂
    c’est une jeune amie de 20 ans ma cadette qui m’a offert il y a longtemps ‘éloge d’un couple….’ et je suis tombée sous le charme de christiane!
    merci de l’avoir mise à l’honneur, clem 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Derniers fragments d’un long voyage… — Ma vie au présent simple – Titre du Site

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s